IMG_20131009_194430

Un incubateur d’entreprises à Sherbrooke, pourquoi pas?

L’idée de créer un incubateur d’entreprises à Sherbrooke compte parmi mes préoccupations pour les prochains 4 ans.

Selon moi, un tel projet, encouragerait le développement de la culture entrepreneuriale, un des axes prioritaires de ma campagne. J’imagine que ce projet est probablement en discussion depuis plusieurs années mais, il est désormais temps de le concrétiser.

Avec son université accueillant plus de 37 000 étudiants provenant de 100 pays et son potentiel de développement économique, Sherbrooke a tout à gagner dans la mise en œuvre d’infrastructures concrètes pour développer et stimuler l’entrepreneuriat.

Dans un premier lieu, doter Sherbrooke d’une infrastructure dédiée aux nouvelles technologies et au développement de nouvelles entreprises est un projet que j’appuierais avec beaucoup de conviction. Je pense que notre ville doit développer son potentiel et aider les jeunes entrepreneurs à mener leurs projets à bien.

En novembre 2010, je me souviens avoir été très impressionnée par l’incubateur technologique de Montpellier, ville jumelée avec Sherbrooke. Lors de ma visite de cette infrastructure baptisée Cap Omega, avec Gordon Harling, Directeur du développement des affaires en micro-nanotechnologies de Sherbrooke Innopole, j’ai considéré ce modèle comme étant très inspirant pour Sherbrooke qui possède de nombreux traits communs avec cette ville du sud de la France.

L’idée d’un incubateur technologique peut sembler ambitieuse. Mais un tel endroit serait très important car il permettrait de réunir les entrepreneurs sherbrookois qui sont en phase de démarrage. Celui-ci pourrait également être une opportunité d’intégrer les membres de l’Accélérateur de Création d’Entreprises Technologiques (ACET) de l’Université de Sherbrooke afin de partager des projets et créer des synergies dans le but de stimuler le développement économique de la ville. Les experts de l’ACET pourraient être présents dans cet incubateur, au service des entreprises naissantes et des entrepreneurs qui les dirigent afin d’éviter de multiplier les structures et les organismes.

Conçu pour favoriser les rencontres entre les différentes entreprises hébergées et créer des synergies porteuses de valeur ajoutée, un incubateur technologique permet aux entrepreneurs de s’entraider et d’avancer dans leurs projets d’entreprises.

Selon moi, c’est un projet réaliste à Sherbrooke et les jeunes entrepreneurs y trouveraient de nombreux avantages. Je suis prête à appuyer ce projet et à travailler en ce sens afin de développer des infrastructures structurantes pour l’avenir entrepreneurial d’une ville comme Sherbrooke qui a besoin de la vision et des idées de ses jeunes entrepreneurs.

En deuxième lieu, je pense que nous devons générer plus de créativité au sein des écoles et qu’il faudrait penser celles-ci comme des lieux d’apprentissage d’une culture entrepreneuriale au sens large. Je n’entends pas ici l’entrepreneuriat comme l’activité professionnelle d’un entrepreneur cherchant à réaliser des profits pour son entreprise. J’entends par entrepreneuriat la culture du leadership et de la passion des nouveaux projets.

L’école soutenue par les parents doit permettre de stimuler :

– La créativité ;

– L’autonomie ;

– Le sens des responsabilités ;

– Le leadership ;

– La solidarité ;

– L’ambition.

chez tous les élèves.

L’école tournée vers sa communauté nous invite donc à revisiter nos manières d’être, de penser et d’agir. Elle nous invite même à nous ouvrir à une nouvelle culture dans laquelle l’école devient un pôle important pour la communauté, un lieu où les individus apprennent, s’épanouissent et se qualifient pour devenir des citoyens actifs et responsables qui contribueront au développement de cette même communauté.

Prendre le virage entrepreneurial serait un tournant décisif pour Sherbrooke , mais certainement très propice au développement du grand potentiel créatif et entrepreneurial des sherbrookois.

 

Des infrastructures dédiées à l’entrepreneuriat, au cœur de Sherbrooke, qu’en pensez-vous?

 

Pour votre information, l’image ci-dessus est la carte de Noel reçu d’un partenaire d’affaires qui résume la perception en deux mots qu’il avait de moi pour l’année 2012.