L’entêtement : Cow-Boys, de Willie à Dolly

Je vous partage mes préoccupations énoncés, et quelques bonifications, à l’occasion de mon mot de la conseillère lors de la rencontre du conseil municipal du 6 septembre 2016.

Nous apprenions dans La Tribune, le 14 août 2016, que la saison de 2016 avait été « correcte » pour le producteur de Québec Issime, Robert Doré, qui présente Cow-Boys, de Willie à Dolly depuis maintenant 3 ans au théâtre ouvert de la Place Nikitotek, située au centre-ville de Sherbrooke. Puis, la semaine suivante, on parle plutôt d’une année « satisfaisante ». Pourquoi ce changement de discours? Pour nous préparer à avaler la pilule du retour de Willie à Dolly? Toutefois, on nomme que les attentes n’ont pas été atteintes, bien que le spectacle demeure rentable pour la production. Tant mieux si elle arrive à rentabiliser ses activités, mais à quel prix pour les contribuables sherbrookois?  En 2014, on parlait d’une moyenne de 39% de la salle qui se remplissait. En 2015, avec le nouveau toit, on avait alors 55% des sièges et le producteur se disait satisfait. On parle donc ici d’une salle à moitié vide. Avec les commentaires recueillis en 2016 concernant des résultats « corrects», à quoi peut-on s’attendre?

Continue reading…