Revue de presse : les inquiétudes du boulevard René-Lévesque

L’adjudication du contrat pour le projet du boulevard René-Lévesque a été octroyé à la séance publique du conseil municipal du 6 mars 2017.

Constatant que les travaux n’avaient toujours pas débuté, lors de la séance du conseil municipal du 20 mars, je m’informe si tout ce se passe comme prévu. On m’a répondu par l’affirmative.

Un mois plus tard, le 18 avril, puisque les travaux n’avaient toujours pas débuté, j’ai partagé mes inquiétudes sur les retards évidents du démarrage du projet. D’un part, la Ville avait un engagement à rendre accessible le terrain pour la future école C pour le mois d’août et d’autre part, j’étais préoccupée par une possible circulation de camionnage lourd pour les résidents des rues locales afin d’accélérer la réalisation des travaux.

À mon avis, l’importance de ce dossier exigeait de la transparence de la part de la Ville.  La population méritait d’avoir accès à des informations claires! Lorsque l’on parle d’un projet de 18 millions, il faut rendre compte aux contribuables.

L’évolution du dossier affecte nos familles et plusieurs parents sont inquiets! Rappelons que l’échéancier de construction d’une école est en jeu et que la rentrée des classes ne bouge pas en fonction des retards de construction. Le besoin est pressant et les nouvelles classes se font attendre depuis des années (Les écoles la Maisonnée et Notre-Dame-de-Liesse débordent, avril 2015, La Tribune).

R-L1

En séance du conseil municipal mardi, Mme Godbout a formulé ses inquiétudes avant d’être rapidement rabrouée par le directeur général adjoint, René Allaire. Dans l’échéancier publié sur le site internet de la Ville, le déboisement doit commencer en avril.

« Depuis le début de mon mandat de conseillère, on me donne l’information qu’on veut bien me donner dans le dossier du boulevard René-Lévesque. Lors de la dernière séance du conseil, je me suis informée à savoir si tout allait comme prévu dans la construction du boulevard. Deux semaines plus tard, des citoyens m’interpellent dans ce dossier et m’informent que des pelles de l’entreprise Toulouse ne semblent pas avoir bougé depuis un mois. Je commence à m’inquiéter parce que l’échéancier d’août 2017, pour les accès au terrain de l’école C, ne peut pas changer », fait valoir Annie Godbout.

La Tribune, 18 avril 2017

Consultez l’article complet du journaliste Jonathan Custeau

R-L2

La conseillère Annie Godbout, intervenue au conseil mardi pour formuler son inquiétude devant l’immobilisme des travaux, craint pour la livraison du terrain réservé pour l’école C, à l’intersection du boulevard René-Lévesque et de la rue Matisse. Elle demandait un état de la situation.La Tribune, 19 avril 2017

Consultez l’article complet du journaliste Jonathan Custeau

R-L3

«C’était tout à fait approprié de recevoir des excuses. Plusieurs citoyens ont pu voir la vidéo ou entendre les extraits audios [du 18 avril]. Je pense que le respect des élus est important. Ce que je n’avais pas apprécié était le ton, mais aussi de ne pas avoir dit exactement ce qui s’était dit en séance d’information publique [sur le boulevard René-Lévesque]. On m’a fait passer pour quelqu’un qui n’avait pas bien compris les explications qu’on avait livrées aux citoyens. Les citoyens se sont sentis insultés. Je prends le commentaire pour tous les citoyens qui se sont sentis insultés comme moi. Maintenant, nous attendrons aussi les excuses de M. [Pierre] Harvey.»La Tribune, 9 mai 2017

Consultez l’article complet du journaliste Jonathan Custeau 

René Allaire s’excuse auprès d’Annie Godbout
107,7 Estrie, 9 mai 2017

Écoutez l’entrevue ici