Revue de presse : Budget municipal 2016

Un dossier a qui récolté de vives réactions de la part de la population sherbrookoise.

Une aussi grande augmentation de taxe à l’année du changement du rôle d’évaluation était clairement une mauvaise décision.

Budget 2016

La conseillère Annie Godbout considère que les prévisions n’ont rien d’audacieux, pour paraphraser l’expression utilisée par le maire.

 

« Est-ce que c’est d’augmenter le fardeau fiscal des contribuables qui est audacieux? De mettre plus d’asphalte? » a-t-elle demandé, lors de la séance de lundi soir, rappelant que les familles ont eu beaucoup d’augmentations de tarifs à subir au cours de la dernière année.

 

ICI Radio-Canada, 21 décembre 2016

Consultez l’article complet de Carl Marchand et Marie-Hélène Rousseau

 

Budget 2

Annie Godbout s’est dite surprise que le budget soit qualifié d’audacieux. « Je cherche encore ce qu’il y a d’audacieux. Investir plus dans l’asphalte? Refiler une hausse de 4,77 % aux citoyens? J’aurais aimé qu’on respecte la capacité de payer des contribuables. Les frais augmentent pour les garderies, pour l’électricité, pour l’épicerie… J’ai l’impression qu’on se donne de l’air pour dépenser plus. J’ai de la misère avec cette vision-là. »

 

Mme Godbout invite ses collègues à revoir leurs façons de faire et estime que la Ville a « manqué le bateau à ne pas se donner une vision plus serrée du développement économique ».

 

Julien Lachance et Annie Godbout en ont profité pour demander l’urbanisation du boulevard Industriel entre le carrefour giratoire et le viaduc de la 410.

 

La Tribune, 22 décembre 2015

Consultez l’article complet du journaliste Jonathan Custeau

 

Capture d’écran 2016-05-05 à 10.04.32 PM

Annie Godbout a quant à elle remis en question le choix du mot « audacieux » pour qualifier le budget déposé au conseil municipal le 21 décembre. Selon elle, il n’y a de l’audace que dans la hausse importante des taxes municipales.

 

« J’aurais aimé mieux que le titre soit « pour respecter la capacité de payer des citoyens » et que ça aille dans ce sens-là. C’est sûr qu’on a eu des choix difficiles à faire l’an dernier, mais cette année, je ne vois aucun choix difficile. Je reconnais qu’on dispose de peu de marge de manœuvre et qu’on a lancé des chantiers d’optimisation, mais il faut aller beaucoup plus loin que le 2 % d’économies demandées aux services municipaux. » Un avis partagé par Pierre Tardif, conseiller du district du Carrefour, qui s’est aussi prononcé contre le budget.

 

Selon elle, la municipalité doit revoir ses façons de faire à tous les niveaux : « Quand on [les conseillers indépendants] arrive au lac-à-l’épaule, toutes les grandes réflexions sont déjà faites et nous sommes mis devant le fait accompli. Hier, j’ai vu deux camps : un pour défendre les intérêts des citoyens et l’autre pour défendre l’administration municipale. Je suis du premier parce que l’augmentation de taxes est bien trop grande et je l’ai soulevé d’emblée aux séances de travail. »

 

Annie Godbout remet aussi en question la taxe de 2 % pour financer l’asphalte à Sherbrooke.

 

« Ce n’est pas ça qui va donner de l’air, l’asphalte, c’est un besoin de base pour la municipalité. Dans le budget d’hier, il y a clairement une stratégie politique en prévision d’un budget pré-électoral en 2017. Comme citoyenne, je pense qu’on aurait pu faire les choses différemment. Mais ça prend de la volonté. »

 

EstriePlus, 21 décembre 2015

Consultez l’article complet de la journaliste Elizabeth Nadeau