Retour sur le budget 2015

Chères Sherbrookoises et chers Sherbrookois,

 

Je vous partage mes notes liées à mon intervention au conseil municipal sur le dépôt du budget municipal, lundi soir dernier le 15 décembre; réflexions qui m’ont convaincu de voter contre le budget Sévigny.

 

D’abord, je reconnais tout le travail réalisé pour nous présenter un budget équilibré en ayant pour objectif de minimiser la hausse du compte de taxe au niveau de l’inflation. Le comité exécutif et la haute direction ont du retrousser les manches pour boucler ce budget dans un court délai. Je vous rappelle que l’enveloppe budgétaire de Sherbrooke est à la hauteur de 274 909 900 $.

Bien que l’heure était à la rationalisation, j’aurais aimé recevoir différents scénarios financiers pour que le conseil soit en mesure de discuter d’orientations.  L’exercice a été tout autre puisqu’un seul scénario nous a été présenté. Une fois l’exercice complété, les élus ont demandé des ajustements budgétaires d’environ 200 000 $… c’est tout dire! Tout comme un plan d’affaires, un budget municipal permet de saisir la vision des gestionnaires en place. Or, le scénario présenté au conseil municipal était à la couleur du parti du maire, le Renouveau Sherbrookois, soit un projet en équilibre pour faire plaisir à tout le monde et ne déplaire à personne.

 

Lors de l’exercice budgétaire, mon collègue Julien Lachance a mis en lumière un enjeu fort important : la croissance constante de la masse salariale des employés municipaux.  Il suggère notamment « de mettre en place une équipe de gestionnaires et d’élus spécifiquement dédiés à la recherche des causes fondamentales qui année après année contribuent à augmenter la masse salariale nettement plus rapidement que le taux d’inflation.»  Si vous souhaitez prendre connaissance de ces propos, je vous invite à lire l’article suivant : http://www.estrieplus.com/contenu-budget_2015_gel_salaires_employes_municipaux-1355-34661.html

 

J’ai été fort déçue de la réception, par les membres du conseil municipal, de l’enjeu soulevé par M. Lachance. J’ai parfois l’impression qu’on a tendance à mettre notre tête dans le sable lorsque les enjeux sont difficiles à traiter. En ce sens, je remercie mon collègue Julien Lachance pour cette prise de position que j’appuie. Cette alternative au budget Sévigny, c’est celle que j’ai choisie.

 

J’en suis d’autant plus convaincue que les choix seront tout aussi difficiles l’an prochain, sinon plus. Il faut donc travailler dès maintenant à faire le ménage dans notre cour; travail qui n’est pas, à mon sens, terminé.

 

 

PLACE NIKKITOTEK

Il faut se dire les vraies choses : la place Nikkitotek est une salle de spectacle en plein-air et un centre d’animation au centre-ville (au même titre que le théâtre Granada) et non pas produit d’appel touristique. Les résultats de l’an dernier ne vont d’ailleurs pas dans le sens de me rassurer. À mon sens, Foresta Lumina, à Coaticook, est un réel produit d’appel et un très grand succès.

 

Bouffe ton Centro, un évènement, tout sherbrookois lui, peut se prétendre être un succès. Notons que les organisateurs de cet évènement ont réussi à attirer près de 10 000 personnes en un seul week-end!  Je n’ai pas sous la main le budget total de ce projet, mais il est bien mince par rapport à l’investissement que les Sherbrookois ont fait dans le spectacle présenté à la place Nikkitotek l’an dernier. D’ailleurs, les résultats de Bouffe ton Centro représentent presque le même nombre de participants que ceux de l’ensemble des représentations du spectacle de l’été dernier de la place Nikkitotek.

 

L’entente survenue récemment entre Destination Sherbrooke et un promoteur privé pour le remboursement du toit de la place Nikkitotek me laisse également sur ma faim et me laisse passablement inquiète pour la suite des choses. Un remboursement sur 10 ans à raison de 75 000 $ annuellement… cette période est beaucoup trop longue et n’est, d’ailleurs, pas assortie de garanties suffisantes à mon sens. Soyons clairs, j’étais emballée au départ de savoir que Destination Sherbrooke avait une entente avec un partenaire privé pour l’acquisition du toit… mais c’était avoir de connaitre les modalités de l’entente qui sont au bénéfice de l’entreprise privée et non des Sherbrookois.

 

Il faut aussi comprendre que la Ville de Sherbrooke subventionne, à raison de 225 000 $ l’été dernier et 150 000 $ cette année, les coûts liés à la promotion du spectacle! Est-ce que la ville de Montréal paie les frais de promotion pour le spectacle à la Place des arts dans le temps de Noël? De l’argent « neuf » m’aurait aussi davantage rassuré.

 

J’aurais souhaité que nous investissions notre argent pour le développement d’un réel produit d’appel touristique afin d’attirer des gens de l’extérieur de l’Estrie. Nous devons positionner Sherbrooke comme ville innovante pour pouvoir nous démarquer à l’échelle du Québec, et ce, même en tourisme… Coaticook l’a bien compris!

 

Nous possédons actuellement une niche avec le tourisme gourmand… ce n’est pas pour rien que Tourisme Cantons-de-l’Est exploite cette force! Nous devrions mettre en valeur cet axe et créer un produit d’appel autour de cet axe.

 

 

QUELQUES DÉCEPTIONS

Développement de nouveaux trottoirs et de pistes cyclables utilitaires

Les budgets sont plutôt minces pour ces secteurs d’interventions disons-le!  Nous avons investi environ 2 M$ en 2014. Il est prévu d’investir 1,2 M$ en 2015.  Nous recevrons un plan d’action au début de l’année 2015. J’espère que nous réussirons à poser des actions qui feront une différence significative malgré tout.

 

 

Transport en commun

L’heure n’est pas au développement, je comprends.

Je suis tout de même déçue d’apprendre que le niveau de service de la STS restera le même pour l’année 2015. Bien que mon district soit un secteur avec un bon taux de densification, les services de transport en commun tardent à se déployer dans les nouveaux secteurs et particulièrement dans le district de Rock Forest.

 

 

Projet de l’aéroport de Sherbrooke

Des investissements importants sont requis en 2015 pour le projet de l’aéroport. Commençons-nous à mettre notre bras dans le tordeur? Nous n’avons pas de plan d’affaires pour appuyer notre décision. Je n’ai pas le sentiment de prendre une décision éclairée pour ce projet. Deux études de marché universitaires nous ont été fournies, mais celles-ci ne m’ont pas convaincu sur la capacité à créer un modèle d’affaires viable à long terme.  Il est difficile de s’objecter sur des projets qui se veulent structurant comme celui de l’aéroport de Sherbrooke.  Néanmoins, nous gérons tout de même des fonds publics… notre risque d’investissement doit être mieux calculé.

 

Développement économique et développement de l’entrepreneuriat

Nous tardons à discuter de l’enjeu du développement économique à Sherbrooke. Alors que plusieurs MRC ont pris des orientations claires concernant les coupures imposées par Québec, de notre côté, nous en discuterons seulement en février prochain. La Ville de Sherbrooke a reçu une coupure de 569 100 $ pour le développement de l’entrepreneuriat à Sherbrooke.  Il semble que des discussions ont lieu entre Sherbrooke Innopole, la CDEC de Sherbrooke, Pro-Gestion Estrie et le cabinet de la mairie.

 

Encore une fois, j’ai l’impression que le conseil municipal ne participe par à formuler d’orientations claires et à se doter d’une vision partagée. J’ai suggéré de mettre sur pied un comité spécial pour réfléchir sur les orientations à donner. Ma suggestion n’a pas été retenue tant et si bien que la proposition sera élaborée par le comité exécutif uniquement. Le développement économique et le développement de l’entrepreneuriat sont des enjeux majeurs pour le développement de Sherbrooke. Nous devons être créatifs et innovants.

Je rappelle que la ville de Sherbrooke est passée du 14e au 40e rang au palmarès 2014 des villes les plus entrepreneuriales au Canada. L’enjeu est même vital.

Le futur incubateur ne suffira pas à lui seul à stimuler le développement de l’entrepreneuriat à Sherbrooke.

 

 

DE BONNES NOUVELLES

 

Investissements dans la réfection de chaussée et lancement des travaux pour le futur boulevard René-Lévesque

L’augmentation du nombre de kilométrages pour la réfection de rue me satisfait.

L’enveloppe qu’on appelle « Entretien majeur du réseau routier »  était de 3,7 M$ en 2014 sur une enveloppe d’environ 13 M$ (cédule no42). Cette année, il est prévu au budget 9 M$ pour cette même fonction.

 

Une enveloppe de 8 755 033 $ est également prévue pour réaliser les plans et devis, l’achat de terrains et lancer les travaux pour réaliser le projet du boulevard René-Lévesque. La mise en service est prévue en 2016 pour le tronçon de la route 220 jusqu’à la rue Matisse. Enfin, notre quartier sera désenclavé, ce qui est une excellente nouvelle pour les citoyens du district de Rock Forest!