20150215_111903

Des conseillers indépendants en ont ras le bol d’être mis devant le fait accompli

20150215_111903Sherbrooke, le dimanche15 février 2015 – Les conseillers municipaux indépendants de la ville de Sherbrooke Hélène Dauphinais, Pierre Tardif, Annie Godbout et Jean-François Rouleau ont fait front commun, ce dimanche, afin de déplorer les façons de faire de l’administration Sévigny dans plusieurs dossiers. Plus spécifiquement, l’exemple du dossier de la Place Nikitoteka a été mis de l’avant afin de démontrer le peu d’informations qui émerge des débats au sein du conseil municipal. Les quatre conseillers réclament des changements immédiats dans les méthodes de gouvernance du maire Sévigny.

 

Le manque de vision est le premier élément que les conseillers indépendants reprochent à l’équipe du maire Sévigny. « L’administration Sévigny juge rarement important de soumettre aux conseillers municipaux tous les éléments d’un dossier avant que nous exercions notre droit de vote, ce qui est primordial afin que nous puissions offrir une position claire au bénéfice des citoyens que nous représentons. Malheureusement, ce n’est qu’au compte-goutte que nous avons accès à certaines informations, et ce, même si plusieurs questions sont soulevées. À maintes reprises, nous avons réclamé haut et fort la levée des huis clos qui sont devenus coutume à l’hôtel de ville. Nous souhaitons plus de transparence, davantage de débats et cela pour préserver la bonne santé de notre démocratie municipale. Nous sommes élus par les citoyens et pour les citoyens, ils ont droit de savoir ce qui se discute derrière les portes de leur hôtel de ville. Quelle est la vision à moyen et long terme du maire ?», a déclaré le conseiller Pierre Tardif. Il a profité de son intervention pour réclamer l’ensemble des détails du dossier de la Place Nikitotek, qui, semble-t-il, sera déménagée d’ici deux ans. Les élus ne connaissent toujours pas la vision de l’administration en place concernant ces installations.

L’absence de débat est le second sujet qui a été décrié par les conseillers indépendants. Il semble qu’il soit maintenant coutume lors des séances du conseil municipal d’éradiquer la période de débats afin de passer directement au vote. Cependant, les débats font partie d’une démocratie saine et ils sont nécessaires à l’échange de points de vue entre les élus. La conseillère municipale Annie Godbout utilise une fois de plus l’exemple du dossier de la Place Nikitotek afin d’illustrer l’argument mis de l’avant par le regroupement. « Nous avons demandé en décembre 2013 d’avoir un débat sur l’avenir de la place Nikitotek. Ce débat n’a jamais eu lieu. Nous aurions souhaité avoir plusieurs scénarios sur la table. Si seulement nous pouvions échanger sur la fonction même de Place Nikitotek, voulons-nous en faire une salle de spectacle en plein air ou un réel produit d’appel touristique? Il faut permettre un véritable débat sur ce projet qui aura des répercussions sur les budgets des dix prochaines années», a ajouté madame Godbout.

Le troisième élément qui a été dénoncé lors de ce point de presse est la prise de décision derrière des portes closes, qui est dorénavant pratique courante. « Il est inacceptable que les conseillers municipaux se voient restreindre l’accès au comité exécutif lorsque des dossiers d’importance y sont présentés. Cette méthode de gouvernance pour le moins douteuse nous brime dans notre droit de consulter nos citoyens et de réfléchir clairement aux enjeux avant de passer au vote. Nous souhaitons bien faire notre travail dans l’intérêt de nos citoyens et pour ce faire, nous avons besoin de connaître les détails des enjeux qui nous sont soumis au vote », a spécifié Hélène Dauphinais.
Enfin, le conseiller municipal Jean-François Rouleau, appuyé par ses collègues présents, a réclamé que le maire agisse de bonne foi dès maintenant en soumettant le dossier complet de la Place Nikitotek et surtout, en reportant le vote sur la construction d’un toit, prévu pour ce lundi. « Pour une gestion adéquate du risque, nous demandons que l’administration Sévigny soumette un dossier complet comprenant l’ensemble des détails incluant les coûts des différents scénarios envisageables pour le déménagement de la Place Nikitotek. Nous sommes appelés à voter sur ce dossier lundi et nous ne sommes même pas au courant des informations essentielles. Je demande également que le huis clos prévu soit complètement levé afin que l’information soit rendue publique. Je tiens à souligner que ce sont les journalistes qui nous ont appris la semaine dernière que la Place Nikitotek sera déménagée d’ici deux ans… »

Monsieur Claude Charron, conseiller d’arrondissement, était également présent pour appuyer les conseillers. Rappelons que c’est la première fois que des conseillers municipaux indépendants se réunissent pour réclamer des changements dans les méthodes de gouvernance du maire Bernard Sévigny.